Biographie d’Evelyne Didi par elle-même :


Je viens d’une ville noire du charbon de ses mines, plus tard elle est redevenue blanche, dommage.
« Tu ne meurs pas, tu t’endors », mon indication de jeu préférée de Kaurismäki, pour tourner la mort de Mimi dans La Vie de bohème.
« Je t’aime tu sais mais la vie est difficile », la phrase de cette Mimi qui a donné l’idée à Marthaler de me prendre dans Papperlapapp.
« C’est pas grave », une de ses expressions pendant les répétitions.
« Tiens-toi droite » me répétait Bob Wilson, j’essaie encore de le faire.
« Je veux voler » disait Euphorion, fils de Faust et Hélène de Troie, en tapant de son pied bot sur les murs de la Salpetrière.
« Calme » disait Grüber, « les mots tombent comme des cailloux ». Lui m’a mise dans le canon pour faire le saut par-dessus les murs frontières.
3 500 spectateurs des Bacchantes m’ont huée à Thessalonique, les 14 000 à Epidaure se sont tus pour écouter. « Le théâtre est vivant, tu vois » m’a dit Langhoff.
Je fais le grand écart entre mes géants de théâtre, amis du passé qui ont enjolivé infiniment ma vie d’actrice, et mes aventures d’aujourd’hui. Ca entretient ma forme.

Master Class dirigée par Evelyne Didi, avec les élèves de 1ere année | promotion 31 Naïm Bakhtiar, Flora Bernard-Grison, Solène Celse, Inès Dhahbi, Emile Faure, Christian Franz, Elodie Laurent, Yasmine Ndong, Yohanis Thomont, Félix Villemur-Ponselle